L’effet cadeau.

Photo de cottonbro studio sur Pexels.com

Chaque Noël, j’offre un cadeau à mes élèves. C’est un cadeau gratuit. Un présent qui ouvre une expérience à la compassion. Par cette activité, je partage la satisfaction du don de soi. Je donne une expérience positive sur la vulnérabilité. J’offre une surprise pour l’âme. Je permet une expérience qui sera gravé à jamais dans leur mémoire. Je sème à mon tour ce qu’on m’avait semé, lorsque j’avais l’âge de mes élèves.

C’est un souvenir marquant. J’étais debout devant toute la classe. J’avais une boite dans les mains. J’étais à la fois excité et nerveux. J’allais à mon tour demander à mes camarades de classe d’écrire quelque chose de positif sur moi. C’était une activité guidée par un agent de la pastorale de mon école. Tour à tour, des élèves venaient déposer une phrase positive personnalisée. J’ai gardé longtemps ces petits mots. À mon adolescence, il y avait des moments que je vivais des périodes creuses. Dans ces moments difficiles, j’en profitais pour relire ces phrases. Ça me faisait du bien. Ça me rappelait le sérieux que j’avais mis à écrire quelques chose de positif sur les autres. Ça me rappelait le bonheur que j’avais eu de donner du bien. Cette satisfaction de donner avait été plus grande que de recevoir. Je venais de vivre une expérience positive et c’est cette expérience que je souhaitais faire revivre à d’autres. J’ai soudainement compris ce qu’était l’empathie. De comprendre ce malaise que les autres vivaient avec la petite boite à la main devant toute la classe. J’avais envie comme moi que cet élève se sente bien.

Reconnaitre sa vulnérabilité et celle des autres est essentielle. L’empathie est LA clé pour une gestion de classe efficace.

Cette expérience m’a permis d’apprendre quelque chose. Il est important d’être heureux pour rendre les autres heureux. J’ai réalisé plus tard, qu’il fallait se comprendre pour comprendre les autres, qu’il fallait se montrer vulnérable pour avoir le respect des autres. J’ai compris les avantages à mettre l’égo de côté. J’ai appris que ma compassion contient parfois ses limites. Ces limites sont souvent causées par mes traumatismes. Conscient de mes limites, j’ai décidé de travailler sur moi. À l’ouverture à la compassion s’est associé la croissance personnelle. Finalement, certains ajustements avec un thérapeute ont été nécessaire pour être davantage compatissant.

Conscient des effets positifs que cette expérience a eu sur ma vie d’élève et sur mon travail, c’est à mon tour de semer une graine dans l’esprit des élèves. Qui sait ce que cette activité peut offrir. En classe, j’enseigne l’empathie avant la matière. Vous direz surement comme moi; adulte, nous nous souvenons pas nécessairement de la matière apprise, mais de l’impact qu’un enseignant a eu sur nous. L’impact que l’on donne est un cadeau pour l’âme. C’est ça l’effet cadeau.

Cette carte, bien qu’elle est imparfaite, a une grande signification pour moi. Elle est le résultat et l’impact de la compassion chez une élève.

Publié par Mr Friday

Je suis enseignant, conférencier, podcasteur et animateur. L'humain me fascine. Mes expertises sont la gestion de classe compatissante et le savoir-être.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :